Categories
Coronavirus World

Un consortium blockchain pourrait traquer le coronavirus

Une ONG spécialisée dans la blockchain santé veut mettre en place un outil pour traquer les zones non contaminées par le coronavirus.

Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, de nombreuses sociétés ont mis à disposition leurs ressources matérielles, industrielles ou même intellectuelles. C’est notamment le cas du groupe français de luxe LVMH qui a modifié la production de certaines de ses usines de parfumerie pour créer des milliers de gels hydro-alcoolique.

Le monde de la crypto n’est pas en reste et participe à l’effort commun pour endiguer la progression de la maladie dans le monde. Nous vous avions notamment déjà parlé d’une société de minage d’Ethereum qui avait pu prêter la puissance de calcul de ses processeurs à un laboratoire universitaire de recherche.

Connaitre les zones non contaminées par le Covid-19

Depuis quelques jours, c’est le Public Health Blockchain Consortium, une ONG spécialisée dans l’amélioration de la santé en utilisant la technologie blockchain, qui travaille à une solution plutôt originale, mais diablement intéressante. Celle de pouvoir connaitre des zones non contaminées par le Coronavirus.

C’est au travers d’une nouvelle blockchain baptisée VirusBlockchain, que ce processus fonctionnerait pour traquer à la fois les zones non contaminées par le Covid-19, mais possiblement d’autres maladies infectieuses.

Alors comment cela marche-t-il ? C’est très simple, l’un des premiers outils utilisés par le PHBC est d’utiliser les certificats des organismes gouvernementaux ou de sécurité intérieure qui exemptent par moment certaines communautés et zones géographiques de la contamination actuelle. Le tout serait agrémenté de système d’information géographique et d’une utilisation de l’intelligence artificielle pour rendre les simulations les plus correctes possible.

« Contrairement à la surveillance traditionnelle des maladies infectieuses qui se concentre principalement sur les personnes malades, il s’agit d’un système qui surveille les mouvements de ceux qui ne sont pas infectés. Le but étant de limiter leur retour dans leur communauté si elles sont passées par des zones connues comme étant infectées ».

Ayon Hazra, Administrateur de la blockchain en question et CEO de Qlikchain

Une idée sur le papier qui pourrait paraître séduisante, mais qui possède quelques conséquences extrêmement négatives comme le respect de la vie privée, la surveillance généralisée et toutes les dérives liées à l’utilisation des données personnelles.

By Julien D.

Passionné de la blockchain depuis 2015.