Categories
Blockchain Régulation World

L’Inde ouvre la voie au vote électoral via la blockchain

L’Inde souhaite se lancer dans le vote via la blockchain pour enrayer des taux d’abstention trop important. La blockchain est-elle la solution ?

Comme de nombreux pays surpeuplés ou en manque d’organes de contrôle efficaces, l’Inde fait face à des problématiques dans la gestion de ses différentes élections nationales et locales. On parle d’un pays qui possède un corps électoral de près de 900 millions de personnes et c’est un récent déboire qui a marqué les autorités.

Un tiers de la population indienne ne vote pas

Lors des législatives de l’année dernières (2019), ce sont près de 300 millions de votants qui n’ont pas exercé leur droit constitutionnel. Cette élection qui a vu l’alliance démocratique nationale (NDA) l’emporter a été entachée par un taux de participation de seulement 67%, un chiffre très bas qui s’explique par deux facteurs : un désintérêt de la chose politique chez certains Indiens, mais surtout l’impossibilité pour de nombreux électeurs de se rendre dans la commune où ils étaient enregistrés pour voter. On compte en effet 450 millions de migrants en Inde, c’est-à-dire ceux qui ont du quitter leur ville d’origine souvent à la recherche de travail.

Pour enrayer ce véritable problème démocratique, le commissaire en chef des élections en Inde, s’est récemment exprimé pour expliquer le futur dispositif étatique. Sunil Arora a ainsi indiqué que la solution se trouvait dans la technologie blockchain et que son organisme travaillait actuellement de concert avec l’Institut indien de technologie de Chennai pour développer une plateforme qui permettra l’enregistrement et les votes des citoyens peu importe s’ils changent de ville ou ne sont pas présents dans celles où ils sont inscrits au moment du vote.

Si aucune élection n’est en ligne de mire pour un essai grandeur nature, le commissaire espère mettre en place ce nouveau système avant la fin de son mandat, soit 2021.

La blockchain comme élément indispensable pour une élection ?

Ce n’est pas la première fois que la blockchain est citée pour régler les problèmes électoraux. L’ancien candidat pro-crypto à la présidentielle Américaine, Andrew Yang, avait déjà pu faire un plaidoyer dans ce sens pour permettre un vote depuis un smartphone et sécurisée par la blockchain.

Il est ridicule qu’en 2020, nous fassions encore la queue pendant des heures pour voter dans des isoloirs désuets. Il est techniquement possible à 100 % d’avoir un vote à l’épreuve de la fraude sur nos téléphones portables aujourd’hui en utilisant la blockchain. Cela révolutionnerait la démocratie et augmenterait la participation pour inclure tous les Américains – ceux qui n’ont pas de smartphones pourraient utiliser le système actuel et l’attente serait réduite.

Andrew Yang

D’autres études ont pu faire état des bienfaits de la blockchain notamment dans la lutte contre la fraude, les fake news, les hacks ou les tentatives de déstabilisation d’autres états. On garde en tête toutes les suspicions qui existent à propos des élections 2016 aux USA et des potentielles collusions avec des hackeurs russes.

Le spécialiste des datas CB Insights a d’ailleurs bien résumé les avantages qu’ameneraient la blockchain dans une récente étude. Avec en principaux arguments des sources d’informations validées en amont de l’élection, l’impossibilité de truquer des votes et la facilité déconcertante pour toute la phase de recomptage après la tenue des élections.

N’oublions pas que l’utilisation de la blockchain dans le processus démocratique ferait une publicité phénoménale pour cette technologie souvent en manque d’exemples concrets. 

By Clément B.

Rédacteur - Blockchain, Crypto et décryptage. 3 mots pour une harmonie en cours de composition depuis 2016. Vous pouvez aussi me parler de cultures de l'imaginaire ou de gastronomie bien grasse pour me changer les idées.