Categories
Blockchain Buildl Témoignage Trading

Cartam, leboncoin de la crypto ?

Le fondateur et CEO de Magna Numeris, Rayane Hocine, nous parle de sa solution Cartam, une marketplace crypto où la géolocalisation à son importance.

On continue notre série hebdomadaire d’interviews des acteurs du monde de la blockchain. Après les spécialistes 3.0 de la billetterie, Ticket721, c’est au tour du fondateur et CEO de Magna Numeris, Rayane Hocine, de nous parler de sa solution Cartam, une marketplace crypto où la géolocalisation à son importance.

Racontez-nous la création de Magna Numeris et du produit Cartam ?

Rayane Hocine : L’initiative date de début 2017 avec mon associé Axel (Baechelen). Je travaillais déjà dans l’industrie blockchain à Londres et Axel, qui était encore un no-coiner à l’époque, souhaitait acquérir ses premières crypto-monnaies. Après une multitude de problèmes pour l’obtention de ses premiers tokens, nous nous sommes dit qu’il faudrait trouver un autre moyen plus simple, plus humain et moins cher d’accéder à ce marché pour les particuliers.

L’idée n’avait jamais quitté nos esprits et quand je suis rentré en France nous nous sommes décidés à développer la réflexion en janvier 2018 pour créer une plateforme à la fois technologiquement avancée et fonctionnelle, toujours en ayant en tête la simplicité d’utilisation pour permettre aux particuliers d’acquérir des crypto-monnaies.  

De fil en aiguille, après plusieurs pivots du projet, nous avons abouti à l’idée actuelle de Cartam.

L’interface principale de notre plateforme Cartam est une carte interactive, basée sur la géolocalisation de l’utilisateur. Nous voulions donc un nom qui évoque cette fonction et facilement prononçable en Anglais.

Pourriez-vous nous résumer en une phrase Cartam ?

Cartam est une application IOS et Android sous forme de place de marché entre particuliers souhaitant obtenir, vendre et utiliser leurs crypto-monnaies. On pourrait le résumer en un “Leboncoin” pour les utilisateurs de crypto-monnaies avec un concept refondu, tout neuf, où facilité d’utilisation se combine avec pouvoir d’achat et sécurité.

Où en êtes-vous aujourd’hui sur votre roadmap ?

Nous sommes encore en phase de production avec plusieurs sorties de produits en version minimale (alpha) pour l’année 2020, dont le premier résultat est la plateforme web blockchainless courant mars 2020.

L’application mobile compagnon intégrant messagerie et wallet blockchain sortira courant mai. Pour tout l’aspect DeFi de la plateforme, nous avons décidé de garder pour le moment ces infos pour nous. Nous sommes actuellement incubés à The Garage, incubateur blockchain N°1 en Europe ainsi qu’en discussion avec un des acteurs principaux de l’écosystème DeFi. 

Cartam-wallet

Comment vous distinguez-vous sur ce marché et qu’apportez-vous à vos clients ?

Notre service comporte 3 fonctions principales : l’échange de biens d’occasion contre des crypto-monnaies, l’échange de cash pour des crypto-monnaies et la visualisation de commerces aux alentours acceptant les crypto-monnaies comme moyen de paiement. Notre service propose un écosystème complet aux utilisateurs pour échanger sans frais de manière complètement décentralisée. 

Les fonctions primaires d’échange de cryptos entre particuliers, de vente de biens contre des cryptos et de liste de commerces acceptant ces devises numériques comme moyen de paiements existent sous diverses formes. Notre objectif est de les rassembler de façon claire sur une même interface.  

Comment vous positionnez-vous sur la problématique essentielle d’un tel service : la sécurité ? Un projet d’assurance est-il prévu à moyen terme quand on voit les récents exemples d’autres géants de l’industrie ?

Nous avons une mission d’information auprès de nos utilisateurs, notamment via notre section FAQ. La blockchain et les crypto-monnaies ont un fonctionnement que nos utilisateurs doivent comprendre.

Dans la première version de notre application mobile comportant un wallet blockchain personnel, les cryptos seront stockées concrètement sur l’appareil de l’utilisateur et lui seul y aura accès via sa clé privée que seul lui connaît. Nous ne détenons pas de crypto-monnaies pour le compte de nos utilisateurs et n’intervenons pas dans les transactions, le but étant de responsabiliser nos utilisateurs quant à la gestion de leur wallet. 

Il n’y a donc pas d’assurance sur les wallet cold storage. 

Pourquoi l’économie P2P et plus spécifiquement l’univers des marketplaces a besoin de la technologie Blockchain ?

Nous sommes encore surpris que le principal moyen d’entrer dans l’univers crypto depuis du fiat soit de passer par des acteurs centralisés et par les banques, ces derniers empêchant d’ailleurs régulièrement les virements de leurs clients. 

La technologie blockchain est par essence décentralisée, il est donc évident pour nous que ses utilisations ainsi que son adoption doivent migrer vers un système pair à pair (P2P) entre particuliers.

Les marketplaces entre particuliers, comme Leboncoin en France, ont depuis des années des problèmes concernant la confiance, et ne mettent pas en place les nouvelles technologies (et je ne parle pas uniquement de blockchain) pour y pallier.  

Dans ce type de marché, on vit et meurt grâce à la communauté. Comment comptez-vous gagner la confiance des utilisateurs et prouver les bienfaits d’une telle marketplace ?

C’est en effet le challenge de toute place de marché. Nous comptons sur notre présence dans la communauté française pour tester notre service et mesurer de très près la façon dont il sera accueilli. Les premières semaines vont être décisives et toute l’équipe sera mobilisée pour récolter les retours utilisateurs, qui conditionneront le succès du service.

Magna Numeris team

Nous vivions actuellement une phase de croissance phénoménale de la DeFi, quel est votre avis sur ce qui pourrait bouleverser un pan entier de l’économie traditionnelle ?

La Defi est la tendance Tech de l’année 2020. Ces procédés sont très intéressants, car ils permettent de façon automatique et décentralisée d’organiser des flux financiers complexes sans intermédiaires.

Jusqu’à aujourd’hui, seul un organisme bancaire et son infrastructure pouvaient gérer des flux financiers et proposer à ses clients des placements ou de la gestion de fonds. La DeFi permet la même chose, mais de manière plus flexible, à moindre frais et d’avoir recours à des infrastructures très lourdes. La DeFi et les applications financières de la blockchain en général, sont symptomatiques d’une crise de confiance dans les systèmes financiers traditionnels.

Elle peut apporter de manière très simple et fiable des services financiers auprès de populations jusque-là exclues de ses services, cependant comme toute innovation disruptive d’un secteur très traditionnel, de nombreuses questions légales se posent.

Les investisseurs voient souvent les crypto-monnaies comme un produit financier dont ils espèrent tirer une plus-value et non pas comme des valeurs d’échange. Crypto rime plutôt avec currency pour Magna Numeris ?

C’est le paradoxe des crypto-monnaies, beaucoup de gens en possèdent et en entendent parler par le trading, mais le trading n’est pas l’utilité première des cryptos. Elles sont un nouveau moyen d’organiser les échanges économiques et ont pour but, à terme, d’être utilisées comme moyen de paiement au même titre que la monnaie scripturale.

Notre service a pour but de renforcer l’adoption des crypto-monnaies dans la vie courante, plus particulièrement en France et se concentrant sur la fonction de moyen d’échange de celles-ci

 Un dernier mot sur vos prochaines actualités ?

La sortie de la première version web de notre plateforme Cartam arrive d’ici mars 2020.

By Clément B.

Rédacteur - Blockchain, Crypto et décryptage. 3 mots pour une harmonie en cours de composition depuis 2016. Vous pouvez aussi me parler de cultures de l'imaginaire ou de gastronomie bien grasse pour me changer les idées.