Categories
Altcoins Blockchain

Brave veut que le Royaume-Uni sévisse contre Google

Brave s’attaque depuis toujours à Google sur la question du respect de la confidentialité des données. Mais peut-il vraiment faire le poids ?

Brave contre Google, c’est l’histoire de David contre Goliath. Afin d’avoir plus de poids contre le géant américain, le navigateur Brave a écrit une lettre qu’il a envoyé aux autorités britanniques afin de dénoncer son échec sur le renforcement des normes GDPR, qui participe selon lui au monopole de Google.

Pour Brave, le GDPR est une aide contre l’avantage compétitif injuste de Google (on parle ici de sa position dominante, acquise grâce à l’exploitation des données personnelles).

En effet, selon Brave, Google est toujours dans la capacité légale d’utiliser les données qu’il récupère, sans aucune régulation, et de réaliser des profits en exploitant ces données. Mais si Google était un minimum contraint, alors il aurait beaucoup plus de difficultés à asseoir et conserver sa position dominante sur le marché.

Brave a écrit : “La GDPR impose de la transparence, de la justice, de la responsabilité et des limites dans l’exploitation de données personnelles, ce qui n’est pas respecté par Google“.

Brave s’en remet alors aux autorités afin d’amener Google à respecter la réglementation. Ce qui solutionnerait tous les problèmes, toujours selon Brave eux-mêmes.

Notez que Google Chrome détient 64% du marché des navigateurs selon Statcounter, là où Brave n’apparaît même pas dans la liste.

Brave vs Google, une guerre sans fin

La guerre du petit Brave contre le géant Google ne s’arrête jamais. Brave rapportait plus tôt ce mois-ci que plus de 400 councils du Royaume-Uni avaient autorisé au moins une entreprise privée à tracer les visiteurs de leur site internet, et vendre les informations liées aux visites pour faire du profit.

Et il apparaîtrait que ce soit Google derrière tout ça. Johnny Ryan, CPO chez Brave, s’est exprimé : “Il n’est pas possible de se dire que des personnes cherchant de l’aide contre l’addiction en ligne soient traçables et tracées, tout ça pour le profit d’entreprises privées. Le navigateur Brave existe pour protéger les utilisateurs d’Internet, mais il était clair pour moi que ces utilisateurs ne devaient pas se méfier sur les sites de la fonction publique.”.

L’initiative est belle, et les valeurs portées justes. Mais le combat va être long pour faire tomber Google. Rendez-vous au prochain épisode.

By Julien D.

Passionné de la blockchain depuis 2015.